Le premier ministre, Edouard Philippe, et la ministre de la Santé, Agnès Buzyn ont présenté le nouveau dispositif de prévention : doté de 400 millions d’euros sur cinq ans, il est constitué de 25 mesures qui concernent le tabac, la nutrition, le dépistage de certains cancers ou encore la vaccination contre la grippe.
Deuxième cause de mortalité évitable en France, avec 49 000 morts par an, dont 15 000 par cancer, l’alcool est également une des cibles prioritaires du gouvernement : une augmentation de la taille du pictogramme « interdit aux femmes enceintes » sur les bouteilles d’alcool est annoncée pour 2019, ainsi qu’une amélioration de la démarche de prévention auprès des jeunes pris en charge aux urgences après une « alcoolisation aigüe ».
Pour aider les Français à arrêter le tabac, l’assurance-maladie remboursera progressivement l’aide au sevrage. Dès l’hiver 2019, les pharmaciens pourront se porter volontaires pour la généralisation de la vaccination contre la grippe dans les officines.
La formation aux premiers secours devrait elle aussi être étendue à la population. L’objectif de ce plan est de préserver près de 100 000 vies par an.